Oiseaux mazoutés qui ont été comptabilisés par la LPO suite à la catastrophe de l’Erika

24 Septembre 2021
Valeurs de l'environnement
Coûts et dommages environnementaux
74 000

Le 12 décembre 1999, l'Erika, navire de 24 ans battant pavillon maltais, se brise en deux dans une tempête au large de Penmarch (Finistère) avant de sombrer et de déverser 20 000 tonnes de fioul sur 400 kilomètres de côtes, tuant des dizaines de milliers d'oiseaux et ravageant la faune et la flore marines.

 

  • 74 000 oiseaux mazoutés ont été comptabilisés et recueillis morts ou vivants dans les 7 centres de collecte et de transit (dont 4 sont gérés par la LPO), 4 centres de transit médicalisés (dont 3 sont gérés par la LPO) et les 13 centres de sauvegarde (dont 4 sont gérés par la LPO).
  • le nombre réel d’oiseaux tués par la marée noire est certainement encore bien supérieur, car beaucoup n’ont pas atteint la côte. On peut estimer qu’il y en a eu 2 à 3 fois plus, soit environ 200 000 à 300 000 victimes.
  • les alcidés représentent 88% des oiseaux mazoutés. 61 espèces différentes ont été touchées, le guillemot de Troïl est de loin l’espèce la plus touchée (82%).

 

C'est la marée noire la plus meurtrière pour les oiseaux. Si on la compare à celle de l’Amoco Cadiz, elle est 130 fois plus meurtrière en terme de rapport nombre d'oiseaux récupérés (74 000) / quantité de pétrole déversé en mer (Erika : 20 000 t estimée), soit 3,7 oiseaux/tonne. Pour mémoire, l’Amoco Cadiz (1978) avait répandu 230 000 t de pétrole et provoqué l’échouage de 4 000 oiseaux, soit 0,03 oiseau/tonne.

Données : Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) , 1999 - 2000

Source : Site internet de la LPO , 2014