Evaluation des biens environnementaux - Les études menées : Le ruisseau de Montvaux et la rivière Thur

Sous-titre: 
La rivière Thur - Méthode des prix hédonistes
Présentation générale
Auteur(s): 
Aurélien Biscaut
Texte de l'étude: 
Type de document: 
Rapport d'étude
Organismes: 
Agence de l'Eau Rhin-Meuse
Commanditaire: 
Agence de l'Eau Rhin-Meuse
Date de publication: 
2004
Pays: 
France
Langue: 
Français
Bassin: 
Domaines de l'étude
Type d'eau: 
Agresseur environnemental spécifique: 
Qualité de l'eau, modification de la morphologie
Source du facteur d'agression: 
Chronique
Etat des eaux initial: 
Masse d'eau classée Fortement Modifiée, avec une qualité biologique qui n'est pas bonne, eaux de classe de qualité 2.
Etat des eaux final: 
Masse d'eau classée Fortement Modifiée, avec une qualité biologique qui n'est pas bonne, eaux de classe de qualité 1B.
Matériel et méthodes
Type d'étude: 
Primaire
Année des données: 
1992
Méthodes: 
Echantillon: 
181 habitations
Revenu moyen de l'échantillon: 
Sans objet
Véhicule de paiement: 
Sans objet
Question posée: 
Sans objet
Résultats et fiabilité
Valeurs estimées: 
Avec les données à l'état initial : pas de variation des prix avec la distance à la rivière (variable « distance à la rivière » non significative). Avec les données à l'état final : augmentation du prix moyen d'une habitation lors de l'éloignement à la rivière : +10,5 % de 250 à 500m, +6% de 500 à 750m, +4,2% de 750 à 1.000m.
Biais: 
Risque de sous-représentation de certaines classes dans l'échantillon initial (selon les distance à la Thur et à une zone industrielle). Question du nombre de rues à retenir.
Clé d'extrapolation: 
Prix moyen d'une habitation située dans une rue à 250m de la rivière : 95.860 ? 1999 (contre 117.000 ? 1999 à 100m)
Commentaires: 
Question de l'exploitation de la variable « distance » exprimée en mètres pour le transfert (par rapport à une variable exprimée en nombre de rues). Chaque résultat représente le coût total généré par la rivière (soit seulement à l'état initial où ce coût est nul, soit aux états initial et final). La différence de coûts (entre le second résultat et le premier) est le coût engendré par le passage de l'état initial à l'état final (amélioration de la qualité de l'eau). Le fait que ce soit un coût et non un bénéfice paraît paradoxal ; l'hypothèse de nombreux nouveaux arrivants sensibles aux plus récentes inondations est avancée.